Sélectionner une date de départ
197 offres

Des offres sélectionnées pour vous, par nos voyageurs

Voyager, c’est découvrir le monde, s’ouvrir aux autres et apprendre à se connaître soi-même.

Selon la définition du Larousse, voyager, c’est l’action de se rendre dans un lieu relativement lointain ou étranger. Cette définition ramène le voyage à l’essence même de l’histoire de l’homme. De tout temps, l’homme a voyagé. Durant la Préhistoire, les premiers êtres humains se sont déplacés pour peupler l’ensemble de la planète. Dès l'Antiquité, ils commencèrent à parcourir de longues distances dans le but de faire du commerce ou des conquêtes. Nous avons tous en tête les péripéties d’Alexandre le Grand, ou bien l’expansion inconditionnée de l’Empire Romain tout autour de la Méditerranée. Du 15ème au 17ème siècle, les Européens s’adonnairent aux Grandes Découvertes : Christophe Colomb, Magellan ou encore Jacques Cartier explorèrent le monde de manière intensive dans le but de le cartographier. A cette époque, les conditions matérielles étaient rudimentaires et les voyages s'apparentaient à des aventures dangereuses et pénibles. Au 17ème siècle, le développement des moyens de transport et des outils d’orientation donna naissance à une nouvelle forme de voyage : le voyage initiatique ! Il était alors réservé à de jeunes nobles désirant voyager, découvrir d’autres terres et se confronter à de nouvelles cultures. Il faudra attendre la Révolution Industrielle du 19ème siècle pour que cette pratique se démocratise et que le voyage devienne synonyme de plaisir. Aujourd’hui les voyageurs se déplacent toujours plus vite, toujours plus loin, faisant évoluer de nouveau la notion de voyage. Les voyageurs contemporains sont à la recherche perpétuelle d’inspiration et d'originalité. Ils veulent vivre des expériences inédites et uniques. Ne serait-ce pas là un retour aux récits mythiques des explorateurs tels que Marco Polo ou Jules Verne ?

Le voyage continue à fasciner et à émerveiller ! Les chiffres parlent d’eux-mêmes : avec plus de 600 millions de touristes internationaux, l'année 2017 enregistre les meilleurs résultats depuis 2010 ! Le nombre de touristes a progressé de 6% dans le monde entre janvier et avril 2017. Selon une note de l’INSEE : "le deuxième trimestre 2017 a globalement confirmé la solidité de l’activité mondiale, et le climat des affaires est désormais très favorable, en particulier dans la zone euro et en France, où il a atteint à l’été son plus haut niveau depuis 2010". La France reste en 2017 la destination favorite des touristes, avec plus de 83 millions de visiteurs, suivie des Etats-Unis et de l’Espagne. D'après l’Organisation Mondiale du Tourisme, lors du premier trimestre 2017, la croissance a été la plus soutenue au Moyen-Orient (+9 %), en Europe (+8 %) et en Afrique (+8 %), suivis de l’Asie et du Pacifique (+6 %) et des Amériques (+3 %). Les voyages ont le vent en poupe et l’industrie du voyage évolue : d’une part pour répondre aux nouvelles attentes des voyageurs, d’autre part pour rester en adéquation avec le contexte innovant du monde d’aujourd’hui, ainsi que ses problématiques environnementales et sociétales.

Internet bouleverse le secteur du voyage
L’e-tourisme tire la croissance globale du marché du tourisme.
Le digital est désormais une partie intégrante du voyage. Il fait évoluer ce secteur, révolutionne les habitudes des consommateurs et crée de nouveaux besoins.

Le terme e-tourisme est apparu en 1998 et désigne toutes les activités du secteur du tourisme sur Internet : de l’information sur les destinations de voyage à la réservation de séjours en ligne, en passant par la comparaison des offres de séjours ou les échanges avec d’autres internautes. Selon une étude du cabinet Raffour datant de 2015, 77% des Français ont préparé leur voyage en ligne cette année-là. L’e-tourisme est devenu un secteur essentiel du marché du voyage, comme en témoigne le secteur de l'hôtellerie qui a enregistré 50% du total de ses ventes en ligne, selon l’Observatoire des décideurs de l’e-tourisme. L’e-tourisme a engendré une réelle uberisation de ce secteur en révolutionnant complètement les habitudes des consommateurs et en instaurant un nouveau modèle économique. Désormais, l’utilisation d’internet marque chaque étape du voyage : son organisation, son déroulement, mais aussi sa conclusion, puisqu’il est ensuite possible de donner son avis. Organiser un voyage est à portée de clic ! La demande de “voyage dernière minute” est de plus en plus forte, ce qui pousse les agences à être toujours plus réactives et imaginatives. Les agences de voyages ont revu leur stratégie et leurs processus et une nouvelle forme d’entreprise a vu le jour : les agences de voyages en ligne. En France, ces dernières ont observé une accélération des ventes de 14% au premier trimestre 2017 et de 11% au deuxième trimestre de 2017.

En faisant évoluer les habitudes des voyageurs, l’e-tourisme a aussi fait apparaître de nouvelles exigences et de nouveaux besoins. Les voyageurs sont à la recherche d’une information qui soit le plus fiable possible. Sur internet, il est facile de se procurer l’avis ou les témoignages d’autres voyageurs, ainsi que toutes sortes de renseignements concernant la destination choisie. Certains internautes s’adressent par exemple directement aux agences locales du pays qu’ils souhaitent visiter, parce qu’ils les trouvent plus crédibles. Internet peut instaurer une atmosphère de confiance et l’ensemble des informations disponibles en ligne permet d'améliorer l'expérience du touriste. Google est allé encore plus loin en lançant “Google Destinations” en 2016, un outil disposant de toutes les données utiles aux (potentiels) voyageurs. L’une des autres tendances qui s’est développée avec la mutation du secteur du voyage est la recherche d’inspiration. Internet regorge de photos, vidéos et témoignages sur un nombre infini de destinations. De nombreux voyageurs s’inspirent du contenu disponible sur Internet pour choisir leur prochaine destination. TravelBird l’a bien compris et a décidé d'être lui-même un fournisseur d'idées en offrant aux internautes de multiples sources d’inspiration, que ce soit via son site internet, son blog, ou encore les médias sociaux.

Le voyage est un retour vers l'essentiel.

– Proverbe tibétain
Une diversification de l’offre : les nouvelles tendances des voyages
Voyager ce n’est pas un luxe, c’est un mode de vie.
Les voyageurs sont de plus en plus nombreux et ont des profils de plus en plus diversifiés. Du voyageur solo au touriste gourmand, chacun souhaite vivre une expérience unique correspondant à ses envies.

Pinterest a mené une étude pour savoir ce que les utilisateurs recherchaient lors de leurs prochaines vacances. Les différents résultats ont pu être classifiés en cinq grandes catégories : le shopping, les spécialités culinaires, la culture locale, les sensations fortes et, enfin, le bien-être. L’importance que la population mondiale accorde au bien-être ne cesse de croître depuis plusieurs années, et 2017 marque un intérêt d’autant plus marqué pour les voyages liés au bien-être ! En un an, le nombre de posts épinglés concernant les voyages dédiés à cette catégorie sur Pinterest a connu un boom de 248 % ! Cette catégorie se divise en sous-catégories : les voyages fitness, qui ont explosé de 618%, les vacances dans des thermes, qui ont augmenté de 203%, les retraites de yoga, qui ont crû de 77%, et les retraites de méditation, qui ont connu une augmentation de 88%. Ces chiffres en disent long sur la perception contemporaine du voyage. Si le voyage est toujours considéré comme un moyen de s’évader du quotidien, il permet désormais également de vivre une expérience riche et unique pour prendre soin de soi. Alimentation saine, rapprochement avec la nature, médiation… La tendance “healthy” qui a envahi les réseaux sociaux et s’est introduite dans les modes de vie n’a pas épargné le tourisme, au grand bénéfice de la santé des voyageurs !

Il est impossible de parler du marché actuel du tourisme sans aborder les voyages d’affaires ! Le tourisme d’affaires, aussi appelé MICE (Meetings, Incentive, Conferences, Exhibitions), constitue une part importante du secteur du voyage : il représente plus de 4 milliards d’euros par an à travers le monde et 48% des nuitées hôtelières en 2016. De nombreux hôtels se spécialisent aujourd’hui dans l’accueil de ces voyageurs d’affaires. Depuis quelques années, un nouveau type de tourisme d’affaires s’est développé, surfant sur la vague de bien-être qui a submergé le marché du voyage. On l’appelle le bleisure. “Bleisure” est l’association des termes “business” (affaires) et “leisure” (loisirs). De plus en plus de touristes d’affaires décident de prolonger leur voyage d’affaires pour visiter l’endroit dans lequel ils sont : un gain de temps et d’argent qui fait du bien à l’esprit ! Un séjour d’affaires devient alors une opportunité d'élargir ses horizons, de trouver l’inspiration et de d'évoluer professionnellement. En 2016, selon une étude réalisée par Transavia, 87% des voyageurs d’affaires avaient déjà profité d’un de leurs déplacements pour faire du tourisme, et un voyageur sur deux le faisait de manière systématique. Cette pratique est de plus en plus adoptée par la nouvelle génération, qui a bien compris que la qualité de vie au travail était primordiale pour son développement personnel, ainsi que pour les performances de l’entreprise. Cette mentalité explique les 78% des salariés estimant qu’ils pouvaient dire qu’ils prenaient du temps personnel en déplacement professionnel sans craindre un jugement de la part de leurs collègues, selon l'enquête Transavia de 2016.

Des dérives de la surpopulation touristique à l’apparition de nouvelles solutions
Les agences de voyages, en collaboration avec les populations et les gouvernements locaux des destinations étouffées par le tourisme de masse, doivent travailler à l'élaboration de solutions pour résoudre les problèmes causés par la surpopulation touristique.
TravelBird, conscient des problématiques contemporaines liées au tourisme, prône un tourisme durable et éthique, au centre duquel se trouve un voyageur aventureux mais responsable, passionné mais pratique, candide mais compatissant.

La profusion des voyages, de quelque type qu’ils soient, entraîne dans certaines villes une surpopulation touristique qui étouffe la population locale et menace le patrimoine culturel et naturel de ces destinations. Dans certains pays d’Asie ou d'Amérique, il est proposé aux touristes de prendre des photos avec des animaux sauvages. Cette expérience semble plaire, puisque l'ONG World Animal Protection a constaté une augmentation de 292% du nombre de selfies avec des animaux sauvages publiés sur Instagram depuis 2014, mais elle cache une réalité bien plus sombre, celle de la maltraitance et de la captivité des animaux. L'expérience touristique pour les voyageurs en est aussi impactée. Certaines villes peuvent devenir très difficiles à vivre à cause de la foule, des queues dans les musées et les magasins, de la production faramineuse de déchets… De plus, plusieurs quartiers sont dépossédés de la base même de leur authenticité : leurs habitants ! Dans les villes les plus fréquentées par les touristes, les logements de certains quartiers sont peu à peu tous transformés en locations meublées saisonnières pour touristes. Cette pratique impacte d’autres domaines du secteur : l’industrie hôtelière est pénalisée, la spéculation immobilière est favorisée… Enfin, comment parler du tourisme de masse sans aborder la pollution ? Pour voyager, il faut se déplacer. Ces déplacements coûtent très cher à la planète ! L’avion est le mode de transport le plus polluant : il émet entre 134 et 148 grammes de CO2 par voyageur/kilomètre. C’est environ 50 fois plus que le train ! Les bateaux de croisière sont aussi très polluants. Selon une étude de la fédération France Nature Environnement (FNE), un paquebot de croisière pollue autant qu’un million de voitures lorsqu’il fait escale dans un port.

Face à ces problèmes, des solutions doivent être trouvées et mises en oeuvre. Voyager, oui, mais dans le respect des principes du développement durable ! Le tourisme durable est aujourd’hui un sujet incontournable. Selon la définition de l’Organisation Mondiale du Tourisme, le tourisme durable tient pleinement compte de ses impacts économiques, sociaux et environnementaux actuels et futurs, en répondant aux besoins des visiteurs, des professionnels, de l’environnement et des communautés d’accueil. Les Nations Unies ont proclamé 2017 “année internationale du tourisme durable pour le développement”. Cette annonce a pour but de sensibiliser les décideurs, ainsi que l’ensemble de la population mondiale afin de mettre en place un changement positif. Comme l’a énoncé Steven Klooster, le directeur général de TravelBird, le tourisme peut avoir un impact positif sur ces destinations, à condition de développer des solutions efficaces pour les préserver et les protéger pour l’avenir. Si les gouvernements et les autres parties prenantes de ce secteur ont un rôle particulièrement important à jouer dans cette mutation, il ne faut pas pour autant oublier que les voyageurs doivent eux aussi être conscients de l’importance de la protection et de la préservation des ressources naturelles, culturelles et sociales des destinations touristiques.